La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

lundi 30 juin 2014

Bilan du mois — Juin 2014

Ce mois de Juin aura été le premier mois complet de ce blog, le mois des vacances, mais aussi celui des révisions, ce qui explique le nombre moins important de livres que j'ai lu vers le milieu du mois.


Bilan du mois — Juin 2014

Ce mois-ci, ce sont donc 7 chroniques qui ont été publiées (peut mieux faire...). Comme j'ai ouvert mon blog il y a peu (un mois !), j'ai posté quelques chroniques de livres que j'avais déjà lus auparavant.
J'espère que le mois de Juillet sera encore plus riche en lectures !

Les coups de cœur du mois...



Salmacis d'Emmanuelle de Jesus dont je n'ai pu détacher les yeux... LISEZ-LE ! (vous pouvez quand même lire ma chronique pour un avis plus développé, ici...) 
(Je veux la suiiiiite !)

Le dernier jardin tome 1 : Éphémère dont je n'avais jamais entendu parler : magnifique découverte (je veux la suiiiiite !) ! Voir ma chronique...


La trilogie du mois... (je n'ai pas lu le troisième tome mais bon)



Les deux premiers tomes de la trilogie Delirium de Lauren Oliver (les chroniques, c'est respectivement ici et ici : deux presque coups de cœur à lire absolument !

Un bon début de saga...


Image du Blog page58.centerblog.net

Le premier tome de la saga Wings d'Aprilynne Pike : une jolie découverte qui manque un peu de profondeur mais qui n'en est pas moins très agréable à lire (voir la chronique), pour s'évader...

Un de mes livres préférés du monde entier et de l'Univers que j'ai lu et relu depuis longtemps déjà (long titre)...


Nos étoiles contraires de John Green, que j'ai lu il y a trèèèèès longtemps, à sa sortie, ce qui m'a permis de ne pas être influencée par les critiques des autres blogueurs. C'est donc un vrai coup de cœur, authentique ! (voir ma chronique)

La (grosse) déception du mois...



La Liste de Siobhan Vivian, livre dont j'attendais beaucoup de choses... et qui m'a beaucoup déçue. À lire quand même si vous en avez envie, certains blogueurs l'ont beaucoup aimé... (ma chronique c'est par ici)


Voilà voilà, je vous remercie vraiment de suivre mon blog, chaque visite me fait très très plaisir !
À bientôt !
— Capucine

C'est Lundi, que lisez-vous ? [1]


Rendez-vous inspiré par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, what are you reading ? de One Person's Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane


Ce que j'ai lu la semaine dernière...

Pas grand-chose, je devais surtout réviser mon brevet... (You-hou)



Le premier tome de la trilogie Le dernier jardin de Lauren DeStefano (la chronique c'est par ici). 

Ce que je suis en train de lire...






Night School tome 1, de C. J. Daugherty : Allie Sheridan déteste son lycée. Son grand frère a disparu. Et elle vient d'être arrêtée. Une énième fois. C'en est trop pour ses parents, qui l'envoient dans un internat au règlement quasi militaire. Contre toute attente, Allie s'y plaît. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire, aussi fascinant que difficile à apprivoiser...
Mais l'école privée Cimmeria n'a vraiment rien d'ordinaire. L'établissement est fréquenté par un fascinant mélange de surdoués, de rebelles et d'enfants de millionnaires. Plus étrange, certains élèves sont recrutés par la très discrète Night School, dont les dangereuses activités et les rituels nocturnes demeurent un mystère pour qui n'y participe pas.
Allie en est convaincue : ses camarades, ses professeurs, et peut-être même ses parents, lui cachent d'inavouables secrets. Elle devra vite choisir à qui se fier, et surtout qui aimer...

Ce que je lirai ensuite...







Panic de Lauren Oliver : Les règles de Panic sont simples. Tout le monde peut participer. Mais il n’y aura qu’un seul vainqueur. » Carp, une petite ville minable de l’État de New York. Chaque été, tous ceux qui viennent de terminer le lycée peuvent participer à « Panic », une succession d’épreuves plus dangereuses les unes que les autres. L’enjeu est de taille : une cagnotte de plus de cinquante mille dollars. Personne ne sait qui a inventé ce jeu, ni qui en fixe les règles. Cet été, Heather entre dans la compétition par dépit amoureux, Elle pourrait, si elle gagne, quitter le mobile-home sordide où elle vit avec une mère paumée et droguée, et emmener avec elle sa sœur, Lily. Dodge, lui, a une autre raison de participer au Jeu de la Peur : venger sa sœur, qui a fini dans un fauteuil roulant, après une épreuve d’une précédente session de Panic. Manipulations, trahisons, révélations : cet été sera celui de tous les dangers.

L'été des secondes chances, de Morgan Matson : Taylor a une manière bien à elle de traiter ses problèmes personnels : elle les fuit. Mais lorsque son père, atteint d’un cancer, décide de passer son dernier été en famille dans leur maison de vacances, la jeune fille ne peut se dérober. C’est là, cinq ans plus tôt, qu’elle avait laissé sa meilleure amie, Lucy, et son premier amour, Henry, avec la ferme intention de ne plus jamais les revoir. Les souvenirs ressurgissent et, cet été, elle va devoir les affronter.





Geek Girl tome 1 de Holly Smale : Harriet Manners sait que :
- le mot "momie" dérive d’un terme égyptien signifiant "bouillasse noire et gluante".
- la Lune s’éloigne chaque année de la Terre, de 3,8 cm.
- lors d’un éternuement, tous les organes s’arrêtent, le cœur compris. 
Harriet Manners, jeune anglaise de 15 ans, est une geek. Une intello. Difficile donc de se faire des amis lorsqu’on porte une telle étiquette. Alors, lorsqu’elle se retrouve choisie malgré elle par une agence de mannequins, elle se dit que c’est l’occasion de changer son image. 
La geek saura-t-elle devenir chic ?



dimanche 29 juin 2014

In My Mailbox [1]

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren, inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie et repris en français par Lilie du blog La bibliothèque de Lilie. 
Aujourd'hui le récapitulatif des liens se fait sur le blog Lire ou Mourir. 
C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.





Voilà, c'est mon premier IMM... 
Je vais vous montrer 8 livres, les derniers en date à avoir rejoint ma bibliothèque (en gros, ceux que j'ai achetés, empruntés ou reçus dans la deuxième moitié de ce mois de juin : je ne les ai pas encore lus, pour la plupart, mais c'est en cours).
(Oui bon dans le fond on voit que c'est approximativement rangé, je plaide coupable : c'est le reste de ma Pile À Lire, et un peu de bazar aussi)

Salmacis d'Emmanuelle de Jesus --> Voir ma chronique

Le dernier jardin tome 1 : Éphémère de Lauren DeStefano --> Voir ma chronique

Night School tome 1 de C. J. Daugherty

Insaisissable tome 1 : Ne me touche pas de Tahereh Mafi

Lucides de Ron Bass

Geek Girl tome 1 de Holly Smale

L'été des deuxièmes chances de Morgan Matson

Panic de Lauren Oliver


À bientôt pour de nouvelles chroniques,
— Capucine

samedi 28 juin 2014

Le dernier jardin tome 1 : Éphémère de Lauren DeStefano — Chronique n°7

"Veux-tu savoir ce que c'est réellement que l'amour? demanda un jour mon généticien de père à mon frère, alors que nous les regardions danser. Je vais te dire de quoi il s'agit. ça n'a rien d'une science. C'est aussi naturel que le ciel."

"Il dit m'aimer, mais comment est-ce possible, alors que nous en savons si peu l’un sur l’autre ? J’admets qu’il est facile de succomber à l’illusion. Qu’être assise ici, face à cette pleine lune magnifique, dans la chaleur de son étreinte, ressemble à de l’amour. Un peu. Peut-être."


"— Qu’offre donc le monde extérieur que vous ne puissiez avoir ici ? 




— La liberté, Gabriel. Voilà ce qu’offre le monde extérieur, et qu’on me refuse ici."


Titre : Le dernier jardin : Éphémère 
Auteur : Lauren DeStefano
Genre : Dystopie
Édition : Castelmore
Nombre de pages : 350
Résumé : Que faire de sa vie quand on connaît la date de sa mort ?

L'humanité croyait son avenir assuré. La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies. Mais qui pouvait imaginer le prix à payer ? Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans. Le monde a changé. Pour les jeunes femmes, la liberté n'est plus qu'un souvenir. Au nom de la survie de l'espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames. Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n'a qu'une idée en tête : fuir. Qu'importe l'amour que lui portent son mari et ses soeurs épouses. Quand on n'a que quelques années à vivre, la liberté n'a pas de prix.



L'histoire est vraiment très bien trouvée. Les femmes meurent à vingt ans seulement, les hommes à vingt-cinq, à cause d'un mystérieux virus (certains se sont plaints du peu d'informations qu'on a sur le virus et tout cet univers-là, mais personnellement j'ai trouvé qu'il ne me manquait rien, d'autant plus que les personnages eux-mêmes ne savent pas à quoi est dû ce virus, donc il pouvait difficilement y avoir plus d'explications. Bref)

Rhine est capturée, malgré toutes ses précautions pendant plusieurs années, par des Ramasseurs, qui "stockent" (c'est bien le mot) des jeunes filles dans des cachots en attendant qu'elle soient sélectionnées par des hommes fortunés pour devenir leurs épouses... ou pas (auquel cas elle sont tuées. Chouette programme en vue). Rhine est choisie par un certain Lord Linden Ashby pour être... une de ses femmes. En effet, Linden est déjà marié à une certaine Rose, qui est en train de mourir du virus, et épouse en même temps que l'héroïne deux autres jeunes filles, Jenna (âgée de 18 ans) et Cecily, qui a 13 ANS. L'angoisse.

Premier point positif de ce roman : l'histoire de base donc, géniale.
Deuxième point positif : La couverture !! Elle est vraiment sublime et en rapport avec le roman (c'est de plus en plus rare...).
Troisième point positif : Les personnages, qui sont une vraie force du roman.

Rhine se révèle très attachante et on comprend tous ses actes et pensées, qui sont cohérents (miracle !) : elle n'a qu'un seul objectif qu'elle n'abandonne pas un seul instant : fuir cette prison dorée. Ses sœurs épouses sont des personnages que j'ai beaucoup appréciés. Linden Ashby est peut-être un poil trop naïf, il n'a jamais affronté de plein fouet les horreurs de son monde... Et il en reste encore d'autres.
Chaque personnage, bien qu'il y en ait un nombre limité (l'histoire se déroule en majorité dans le domaine de Linden, ce qui, au passage, ne m'a absolument pas dérangée ou ennuyée), apporte quelque chose d'unique au roman.

Il s'agit d'un premier roman, mais la plume de l'auteur me faisait plutôt penser à celle d'un écrivain aguerri... Vraiment, cette lecture fut un vrai plaisir.
Seul petit point négatif : l'histoire d'amour un peu trop facile...

Enfin, je n'en dis pas plus par peur de tout dévoiler... Cette lecture est un gros coup de cœur, l'auteur écrit vraiment bien, je n'ai pas pu en détacher mes yeux alors que je devais aller réviser mon brevet (vilaine fille...).

Lisez-le !
Note attribuée : 10/10

Delirium livre 2 : Pandemonium de Lauren Oliver — Chronique n°6

"Une fois qu'on permet à l'amour de pénétrer dans son cœur, de s'enraciner, il s'étend, comme une moisissure, et gagne le moindre recoin sombre. Avec lui viennent les questions, les frissons, les peurs qui terrassent. De quoi ne plus jamais trouver le sommeil."

"Un monde sans amour est aussi un monde sans enjeux."



ATTENTION : Si vous avez reçu une paire d'yeux normalement constituée à la naissance, vous voyez qu'il s'agit du tome 2 de la série. Par conséquent, si vous n'avez pas lu le tome 1, cet article va touuut vous spoiler. Je vous aurai prévenus.

Titre : Delirium tome 2 - Pandemonium



Auteur : Lauren Oliver

Genre : Dystopie / Romance
Édition : Black Moon
Nombre de pages :
Résumé : Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu’est l’amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière. Sans savoir si Alex est encore vivant.


Aujourd’hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Mais une nouvelle rencontre vient remettre en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d’aimer : cela a-t-il vraiment un sens ?


J'ai vraiment beaucoup aimé cette suite, qui est, je trouve, bien meilleure que le premier tome. L'écriture est plus soignée, l'histoire plus travaillée...
Tout d'abord, l'auteur a eu une très bonne idée qui m'a fait un peu peur au début mais que j'ai finalement adorée : dans ce livre, il y a deux histoires, deux... moments de narration (ça ne veut rien dire, je sais) : "Avant", qui est la suite directe à la seconde près du tome 1 et qui raconte l'arrivée de Lena (sans Alex...) dans une colonie d'Invalides et "Maintenant" dont l'action se déroule quelques mois après... à New York, où Lena est en mission. Les deux histoires s'alternent d'un chapitre à l'autre, et j'avais peur de les mélanger, mais pas du tout (je suis plus intelligente que je ne le crois).
Justement, cela apportait un vrai plus à l'histoire, on jongle entre les deux histoires sans problème.


Depuis le tome 1, Lena a profondément changé (ENFIN ! Elle était vraiment insupportable...). 
Lena sait au fond d'elle-même qu'Alex est mort, elle a vu son t-shirt imbibé de sang, mais elle se raccroche à l'idée qu'il pourrait être encore en vie. Sa mission à New York l'oblige à côtoyer un certain Julian, fils du directeur de l'APASD (l'Association Pour une Amérique Sans Deliria). Naturellement, il est totalement endoctriné, et ses réflexions sont parfois un peu... immatures, mais cela évolue au fil du roman, on le comprend mieux, il a eu un passé difficile.
Franchement, je ne sais pas trop quoi penser de Julian. Il a vraiment eu des réactions stupides et comme je le disais plus haut, il ne me donne pas l'impression d'avoir 18 ans. Lena se rapproche du lui un peu trop vite à mon goût (elle est juste censée le haïr...) et puis elle ne peut pas oublier Alex comme ça !! J'aime bien Julian, mais elle doit tout à Alex ! Sans lui, elle serait fiancée à Brian Scharff et n'aurait jamais qu'une vie fade et ennuyeuse, elle n'aurait jamais rejoint la résistance et... Je m'enflamme.
Je pense qu'au fond, je suis encore Team Alex, même si, me direz-vous, il n'est plus là, et que Julian est au fond, sympathique (j'ai bien dit ça ?).

Il n'y a presque jamais de temps mort à part un ou deux passages plus lents. Ce tome 2 vaut vraiment la peine de s'être un peu ennuyé dans le premier. On va de surprise en surprise, les péripéties sont nombreuses.

J'ai aimé les nouveaux personnages : Raven, Tack, Sarah... qui sont très présents dans la nouvelle vie de Lena. Bien sûr, l'amour est encore très présent, mais d'autres valeurs comme l'amitié, l'entraide, la solidarité, sont mises en avant.

Et puis cette fin !!!! Décidément, Lauren Oliver aime bien faire enrager ses lecteurs à coups de fins horriblement suspenseuses (OK, ce terme n'existe pas). Je dois aller me procurer le tome 3...

En résumé, un livre bourré de suspense, d'émotions, où le lecteur est tenu en haleine tout au long de l'intrigue, et où j'ai eu le grand plaisir de retrouver la plume de Lauren Oliver que j'aime tant.

Note : 9/10

samedi 21 juin 2014

Salmacis d'Emmanuelle de Jesus — Chronique n°5

"Mutilée... Le mot était peut-être un peu fort, mais il exprimait bien ce que j'avais voulu faire : effacer une souffrance, la détruire, et la remplacer par une autre, que je m'infligeais moi-même, que je pouvais maîtriser."

Titre : Salmacis - l'Élue 
Auteur : Emmanuelle de Jesus
Genre : Romance / Fantastique
Édition : Hachette (Black Moon)
Nombre de pages : 383 (seulement)
Résumé : Toute sa vie, Faustine Sullivan, seize ans, s'est contentée d'une place à l'ombre de son frère jumeau. Mais c'est à la mort de ses parents, dans un pensionnat perdu dans la montagne, qu'elle trouve l'envie d'exister. Quelle est cette force irrésistible qui l'attire vers le mystérieux Andrea ? Et comment imaginer qu'en cédant à ses sentiments, Faustine risque de se brûler les ailes ?
Prix : lauréat du Tremplin Black Moon


Wouah. Je ne m'attendais vraiment pas du tout à ça. Je suis encore sous le choc.
En lisant le résumé, j'étais assez dubitative. Dans ma librairie (où, vous finirez par le comprendre, je passe pas mal de temps), j'hésitais à l'acheter (j'étais vraiment stupide, il y a une semaine) : le résumé ne dévoilait pas grand-chose "d'excitant" et je ne savais vraiment pas ce que pouvait bien raconter ce roman.
Et puis, ayant lu quelques avis enthousiastes dessus et sachant qu'il avait reçu le prix du Tremplin, je me suis décidée à le prendre (et heureusement). Après quelques jours passés dans mon Empire State Building (ma pile de livres à lire) j'ai entamé la lecture de la première page. Et à partir de ce moment-là, c'est bien simple, je ne l'ai pas lâché.

L'auteur a une plume unique et vraiment magnifique. C'était, comment dire... magnétique. Une fois que j'avais posé les yeux dessus, je ne pouvais plus m'arrêter. Les mots s'enchaînaient avec fluidité, élégance... Comment pourrais-je décrire cela ?

Les personnages sont très attachants et sont la grande force de ce roman. Faustine, l'héroïne et narratrice, discrète, effacée derrière Sasha, son frère jumeau, mais surtout détruite par la perte de ses parents, suscite très vite notre sympathie. Sasha, la "méchante" Elzbieta, Simon, Gaëlle, et surtout Andrea, tous apportaient quelque chose à l'intrigue.

Andrea. On comprend rapidement qu'il cache quelque chose à Faustine. On attend donc LA révélation tout au long du roman, révélation à laquelle je ne m'attendais absolument pas. Vraiment, je ne sais pas comment Emmanuelle de Jesus a eu une idée aussi originale... en tout cas, je l'en félicite ! Jamais je n'avais vu ça autre part... 
Pour les férus de mythologie (comme moi) le titre est un petit indice... bien qu'il ne permette pas vraiment de deviner la Révélation.
Peut-être que la Révélation vient un peu trop tard (aux trois-quarts du roman...), mais jamais je ne me suis ennuyée dans ce roman, grâce à la Plume de l'auteur. Vraiment, j'ai adoré suivre Faustine, son évolution...

L'auteur a osé mettre en avant un sport qui n'apparaît que rarement dans des romans, l'escalade... encore de l'originalité ! 

Et puis... cette fin ! Je sentais un progressif crescendo, j'ai tourné les pages avec fébrilité, jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus, instant fatidique où j'ai poussé un grand cri de désespoir avant de me rouler par terre en réclamant à cor et à cri le tome suivant (mentalement bien sûr, mes parents étaient à côté). Ce n'est pas sadique de la part de l'auteur, mais presque.

En tout cas, je félicite Emmanuelle de Jesus pour ce petit bijou qui trône fièrement dans ma bibliothèque que j'ai adoré et que je recommande à tous !

C'est un énoooorme coup de cœur !!!
10/10

lundi 16 juin 2014

La Liste, de Siobhan Vivian — Chronique n° 4

"Aussi loin qu'on s'en souvienne, les élèves qui arrivent en cours le dernier lundi de septembre au lycée de Mount Washington y découvrent une liste nommant la fille la plus jolie et la plus moche de chaque niveau. Cette année ne fera pas exception."

"Il vous est arrivé quelque chose de grave à toutes les huit. Quelqu'un s'est permis de vous sortir du lot, de vous coller une étiquette et de vous réduire arbitrairement à votre dimension la plus superficielle."

Titre : La Liste
Auteur : Siobhan Vivian
Genre : Young Adult / Lycée
Édition : Nathan
Nombre de pages : 406
Résumé : Chaque année, le dernier lundi de Septembre, les élèves du lycée Mount Washington peuvent découvrir la liste qui donne les noms des filles les plus belles et les plus laides de chaque niveau. 8 filles en tout, donc cette liste à l'auteur anonyme va changer la vie...


J'avais entendu beaucoup de bien de ce livre. Aussi j'ai été un peu (beaucoup) déçue. Pourquoi ?

L'idée m'a semblé très bonne, et la lecture du résumé m'a vraiment amusée. Problème : ce fameux résumé, j'y suis retournée trop de fois afin de me souvenir qui était qui. 8 filles à suivre, ce n'est pas seulement un travail admirable d'écriture de la part de Siobhan Vivian, mais également un casse-tête pour nos pauvres petites têtes de lecteurs qui devons assimiler les prénoms et fonctions de chacune (et ceux des connaissances respectives de ces dernières). Beaucoup de monde, en résumé.

Les chapitres sont assez courts, et chacun suivait un personnage différent, ce qui faisait qu'au final chacune des filles a été très peu développée... Pas assez à mon goût, en tout cas. Certaines auraient mérité d'être approfondies. En revanche, beaucoup de personnages sont vraiment stéréotypés. Cela va de la nouvelle qui devient brusquement populaire à la fille cruelle mais respectée en passant par la reine du lycée et sa petite clique. Seules quelques-unes (Danielle, Bridget, Jennifer) ont réussi à me toucher. Quelques passages étaient un peu légers.

On suit les filles sur six jours seulement, du lundi où la liste est publiée jusqu'au samedi où a lieu le bal de rentrée. C'est court. Ça donne lieu à assez peu de rebondissements.



Le fait est qu'il n'y a pas vraiment de "coup de théâtre" notable. On suit juste les réactions (pas vraiment précises pour certaines) des filles les plus belles et les plus moches de chaque niveau. Je ne m'attendais pas vraiment à cela...

Et puis cette fin ! Cette fin ! Je ne sais même pas pourquoi j'appelle cela une fin, ça n'en est pas une. Une fin de chapitre, oui. Mais pas une fin de livre. Au moment où tout commence à se déverrouiller et où on va connaître la fin, c'est la fin. Une fin plus ouverte, c'est difficilement possible. Il manque au moins trente pages... 
Quand j'ai tourné la dernière page, ma dernière pensée a été "PARDON ?". On laisse totalement tomber les personnages et on ne sait pas vraiment ce qu'il va se passer (en même temps, c'est un peu le concept de la fin ouverte).
Bref, TRÈS frustrant.

Cependant, il faut reconnaître les points positifs :

  • J'ai trouvé que l'auteur avait une bonne plume et que le tout était agréable à lire, dans le sens où je voulais connaître la fin et le sort des personnages, et que j'ai lu ce livre d'une traite
  • Quelques personnages sont assez touchants et vrais
  • L'idée de départ est plutôt bonne et suscite l'intérêt du lecteur
Bref, à vous de voir !

Note attribuée : 4/10, même si ce livre reste plutôt distrayant.



dimanche 15 juin 2014

Nos étoiles contraires de John Green - Chronique n°3

Bon, j'ai envie de citer ce livre en entier, mais ça risque d'être un peu long, aussi je me limite à un choix ridiculement petit d'extraits. Veuillez m'en excuser.

"Mes pensées sont des étoiles qui ne veulent plus former de constellation."

"Je suis amoureux de toi et je sais que l'amour n'est qu'un cri dans le vide, que l'oubli est inévitable, que nous sommes tous condamnés, qu'un jour viendra où tout ce qu'on a fait retournera à la poussière, je sais aussi que le soleil avalera la seule terre que nous aurons jamais et je suis amoureux de toi."

"Tant qu'on ne l'allume pas, la cigarette ne tue pas, a-t-il déclaré (...). Et je n'en ai jamais allumé une seule de ma vie. C'est une sorte de métaphore. Tu glisses le truc qui tue entre tes lèvres, mais tu ne lui donnes pas le pouvoir de te tuer."

Je devrais arrêter là. Encore une dernière.

"It would be a privilege to have my heart broken by you." 
(parce qu'en anglais ça rend mieux)





Titre : Nos étoiles contraires
Auteur : John Green
Genre : Romance / Realistic Fiction
Édition : Nathan
Nombre de pages : trop peu
Résumé : Comment résumer ce livre en un paragraphe ? Impossible. Lisez la chronique...
Prix : Meilleur roman Times de l'année 2012



Je sais très bien ce que certains d'entre vous pensent. "Oh non, encore une chronique de ce livre que tout le monde adore... C'est toujours la même chose..." Et même, dans certains cas extrêmes : "de toute façon il sort en film fin Août, pas besoin de le lire..."
Si vous pensez ainsi, je suis sincèrement désolée pour vous : vous allez passer à côté d'un des plus grands monuments de la littérature jeunesse ou Young Adults ou comme vous voudrez l'appelez (est-ce vraiment de la littérature jeunesse ou Young Adults ?...). Un livre qui vous touche profondément et qui vous fait passer du rire aux larmes en quelques pages. 

Je sais, je radote, je raconte à toutes les personnes que je croise que ce livre est GÉNIAL (ce qualificatif est bien trop faible) et qu'elles DOIVENT le lire.

Nos étoiles contraires et moi, ça a commencé par un coup de foudre inexplicable. Dans une librairie, sa tranche bleu ciel m'a appelée (je sais que je vais vous paraître bizarre mais je vous jure que c'est vrai) et je me suis retrouvée dans l'obligation de l'acheter. Je suis d'ailleurs fière d'être une des premières fans de ce livre que j'ai lu à sa sortie, alors que personne ne le connaissait et qu'à peine cinquante personnes aimaient la page Facebook du livre (niark niark je suis supérieure à vous...) !!
J'ai lu les premières phrases. Puis les suivantes. Et j'ai continué à tourner les pages... jusqu'à ce qu'à mon grand désespoir il n'y en ait plus. 

Peut-être que je devrais quand même vous parler de l'histoire (peut-être). À première vue, ce livre parle de la maladie, et plus spécifiquement du cancer. L'héroïne, Hazel, a un cancer en phase terminale et on comprend rapidement qu'il ne lui reste plus très longtemps à vivre. Ses poumons sont hors-service et elle doit emporter partout avec elle son chariot avec une bonbonne d'oxygène. Pourtant, le cancer n'est pas le plus important dans ce livre. Bien sûr, il reste le fil conducteur de l'histoire, mais rapidement notre attention se porte sur Hazel et Augustus, en rémission d'un ostéosarcome (cancer des os...) qui lui a pris sa jambe, qu'Hazel rencontre à son groupe de soutien.

Je ne vais pas en dire plus, parce que sinon je vais commencer à écrire des pages et des pages. Allez, encore un peu.
John Green réussit quand même à nous donner une envie furieuse de lire le livre préféré d'Hazel... qui n'existe pas.
Hazel possède un humour et une dérision uniques par rapport à sa maladie.
On pourrait s'attendre à un livre mièvre basé sur une de ces histoires d'amour vouée à l'échec. Mais pas du tout !

Vous allez pleurer. Beaucoup. Vous allez rire. Beaucoup. C'est inexplicable, c'est Nos étoiles contraires, et je vais arrêter d'en parler pour vous laisser le plaisir immense de découvrir ce livre au palmarès impressionnant.

Beaucoup d'entre nous ont été confrontés au cancer de différentes façons, dont ma modeste personne. Ce livre m'a, pour ma part, beaucoup aidée. 

Que dire de plus ? Je tourne en rond. J'ai relu ce livre au moins quatre fois, et il ne m'a jamais ennuyée. C'est tout simplement un chef-d'œuvre et un énorme coup de cœur.

Note : 10/10 (enfin, ∞/10 conviendrait mieux)




Bonus : L'affiche du film qui sort (trop tard) fin Août en France mais qui est #1 au box-office aux États-Unis en ce moment !



Objectif : le lire en VO ;)