La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

vendredi 30 janvier 2015

La Boîte d'Anne-Gaëlle Balpe — Chronique n°68


Titre : La Boîte
Auteure : Anne-Gaëlle Balpe
Éditions : Sarbacane (collection Exprim')
Genre : Thriller
Nombre de pages : 188

Résumé : Malt et Jen, deux jeunes désœuvrés, traînent leur ennui dans la ville d’Edens. Chaque jour, ils viennent sur le même banc. Et un jour, sous ce même banc, ils trouvent une boîte. Qui contient de l’argent et un numéro de téléphone. Le lendemain, une autre boîte. Qui contient encore plus d'argent. Et un message en prime : « Plus d’argent en échange d’un service ». En acceptant cette proposition, ils entrent dans le maillage d’une organisation tentaculaire qui ne les laissera plus s’échapper. S’engage alors une course-poursuite haletante, sur fond de trahison et de secrets révélés dont personne ne sortira indemne.

--------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Sarbacane et en particulier à Juliette pour cet envoi ! 

Livre lu en lecture commune avec Fanny du blog Livresquement : son article !

Jen et Malt n'ont aucune perspective d'avenir, aucun projet. Ils passent leurs journées assis sur le même banc. Ce quotidien morne est bien parti pour durer, jusqu'à ce que Jen trouve une boîte avec un billet de 20€ à l'intérieur... et une autre, le lendemain... Qui leur promet plus d'argent en échange d'un service.
Vous vous en doutez, toute cette histoire va mal tourner.

Dès qu'on commence à lire les premières lignes de ce livre, on est comme happé par l'histoire : le narrateur, Malt, s'exprime assez logiquement de façon familière, la lecture est donc vraiment facile. L'écriture de l'auteure en elle-même est très fluide, on est vraiment pris par l'intrigue et il est difficile de reposer le roman avant de connaître enfin le fin mot de l'histoire.

Malt est un personnage touchant... Tout d'abord assez réservé, il en dévoile de plus en plus sur sa personnalité et sur son passé au fil de l'histoire, jusqu'à avoir l'impression de totalement le connaître. J'ai aimé cette lente progression, j'ai aimé m'attacher à ce personnage qui ne m'avait pas plus plu que cela au premier abord. 
Par contre, pour Jen... C'est une autre histoire. La détester est bien sûr voulu par l'auteure, comme souvent avec les personnages vraiment antipathiques... mais qu'est-ce qu'elle m'a horripilée... Profiteuse, égoïste, superficielle, inconsciente, immature, intéressée... Je ne manque pas d'inspiration pour lister ces défauts. 
Je dois avouer que j'adore détester certains personnages. Et Jen fait partie de ceux-là. Assez paradoxalement, la suivre et avoir envie de l'étriper continuellement était une des choses que j'ai préférées dans ce roman – non, je ne suis pas bizarre.
Mais je pense que ma préférence va encore aux personnages secondaires, surtout Vito et Jonas, qui sont pourtant peu présents par rapport à Malt et à Jen, pour leur générosité et leur bonté.

Si ce livre est loin d'être un coup de cœur, je l'ai tout de même beaucoup aimé, notamment pour son rythme effréné et son intrigue bien menée. Cependant, je dois avouer que les passages avec un peu trop d'action pour moi m'ont perdue et ennuyée, et certains détails des péripéties finales m'ont légèrement échappé. 

En bref, un thriller qui tient ses promesses, une intrigue joliment menée, un livre qui m'a bien plu !

Note attribuée : 7,5/10


mardi 27 janvier 2015

Cabaret tome 1 : Ingénue de Jillian Larkin — Chronique n°67

"Les meilleurs coïncidences sont celles auxquelles on est préparé."

"Avant, j’avais tout à perdre. Aujourd’hui, j’ai tout perdu. Je n’ai plus rien à cacher."

Titre : Cabaret tome 1 : Ingénue
Auteure : Jillian Larkin
Genre : Historique | Romance
Éditions : Bayard Jeunesse
Résumé : Gloria, dix-sept ans, rêve de vivre la nuit, de danser, de faire la fête. Un soir, elle sort en cachette en compagnie de son ami Marcus, et se rend dans un bar clandestin, tenu par le bras droit d'Al Capone. Elle y rencontre Jerome, le pianiste de l'orchestre et en tombe amoureuse. Mais leur histoire est impossible : Gloria est blanche, Jerome est noir et, dans cette Amérique des années 20, les relations mixtes sont interdites...

De plus, Gloria est fiancée et va bientôt épouser le fils d'une puissante famille de Chicago. Sa cousine Clara arrive de New York pour aider aux préparatifs du mariage. Et Marcus tombe sous son charme. Mais Lorraine, la meilleure amie de Gloria, ne le supporte pas, et semble prête à tout pour conduire Clara à sa perte.

------------------------------------------------

Pour tout vous avouer, à l'origine, je n'avais absolument pas prévu de commencer la série Cabaret. Mais quand on trouve un livre à 3 € 40, l'acheter n'est qu'une preuve de bon sens et de décence. Si Ingénue n'est pas un coup de cœur, il reste une lecture très agréable qui a réussi à me plonger dans l'ambiance des années 20, que j'affectionne tout particulièrement.

Dans ce roman, on suit trois héroïnes : Gloria, Clara et Lorraine : en effet, on change de point du vue à chaque chapitre. J'ai eu peur que ces trois protagonistes sombrent dans le cliché, car leurs personnalités ont tout de même un air de déjà-vu : la jeune fille de bonne famille rebelle, la meilleure amie jalouse, la fille cachant un lourd passé... De plus, du côté des hommes, on retrouve le-meilleur-ami-protecteur-très-séduisant-mais-qui-n'est-qu'un-ami, le-pauvre-musicien-noir-sans-le-sou, ou encore le-brigand-terrifiant-mais-séduisant... Heureusement, plus ou moins tardivement dans le livre, les personnalités de tous ces jeunes gens s'affirment et on arrive à se prendre d'affection pour eux. 
J'ai énormément apprécié Clara, alors qu'elle m'exaspérait au début du roman, et j'ai énormément détesté Lorraine (en même temps, c'était le but), même si la fin laisse présager une évolution plus intéressante par la suite. Quant à Gloria, c'est évidemment une jeune fille très sympathique, tellement innocente qu'il est impossible de ne pas l'apprécier,  bien qu'on puisse lui reprocher d'être assez fade.

Pour ce qui est de l'intrigue, il est vrai que l'on tombe parfois dans des situations légèrement "cliché", et il m'est arrivé de trouver le tout un peu superficiel... mais rien de grave, ne vous inquiétez pas (enfin, je doute que vous ayez été inquiets). Il est très facile de se laisser prendre par ce roman, il n'y a pas de prise de tête, et personnellement, j'ai eu du mal  à décrocher avant de connaître la fin !

Je pense que ce que j'ai préféré dans ce roman est l'ambiance qui est formidablement bien rendue par l'auteure. Par moments, je me sentais presque dans un bar clandestin des années 20 ! Toutes les tenues des garçonnes sont longuement décrites, le texte fourmille de détails... On sent une fascination de l'auteure pour cette période, et cela rend la lecture d'Ingénue très agréable !

En bref, une histoire sympathique, un roman assez léger qui se lit d'une traite, mais qui reste travaillé grâce à un riche contexte historique. De plus, les YA historiques sont devenus si peu fréquents qu'il serait dommage de passer à côté de certains d'entre eux !
Je conseille donc ce roman si vous voulez vous distraire et voyager dans le temps, mais ne vous attendez pas forcément à un coup de cœur magistral !

Note attribuée : 7,5/10 : j'ai beaucoup aimé, et j'aimerais bien lire la suite !

lundi 26 janvier 2015

Les Chroniques Lunaires tome 2 – Scarlet de Marissa Meyer — Chronique n°66


"— C'est vous qui avez ma grand-mère, répéta-t-elle, plus lentement cette fois. Pas vrai ? 
— Eh bien... pas sur moi, non."

"Je dis simplement qu'on ne devrait pas la juger, ni elle si personne, sans commencer par essayer de comprendre."

J

Titre : Les Chroniques Lunaires tome 2 – Scarlet
Auteure : Marissa Meyer
Genre : Retelling | Science-Fiction | Romance
Éditions : PKJ
Résumé : Depuis les lointaines étoiles jusqu'aux recoins d'une sombre forêt, les destins de Scarlet et de Cinder semblent liés.




Alors que l'une cherche sa grand-mère mystérieusement disparue et que l'autre poursuit la quête de ses origines, la menace lunaire qui pèse sur l'humanité se renforce.
Cinder et Scarlet parviendront-elles à lui résister ?


---------------------------------------------------

Avertissement : si vous avez eu la chance d'être pourvu d'une paire d'yeux fonctionnant correctement à votre naissance, vous pouvez constater qu'il s'agit du second tome d'une série. Par conséquent, si vous n'avez pas lu au préalable le tome 1, je vous déconseille vivement de lire cette chronique, autrement, vous risquez fortement de vous spoiler l'intégralité du début de la série. Après, nous vivons en démocratie, donc vous faites absolument tout ce que vous voulez... enfin, tant que ça reste légal.

Comme vous le savez peut-être, j'ai eu une immense coup de cœur pour le premier tome de cette saga, Cinder. Tout m'avait plu, et j'avais eu une magnifique bonne surprise. C'est donc avec joie que je me suis jetée sur la suite des Chroniques Lunaires, Scarlet, qui reprend cette fois le conte du Petit Chaperon Rouge.

Je vous préviens, je vais être extrêmement positive. Commençons par Cinder.
Cinder m'a autant plu que dans le premier tome – j'adore ce personnage. Elle me fait sourire, rire, je m'attache incroyablement à elle... Et j'ai (presque) le cœur déchiré en la laissant à la fin du livre.

Dans ce tome-ci, comme vous l'aurez sûrement deviné grâce à votre mémoire incroyablement perspicace, un nouveau personnage fait son apparition : Scarlet. Elle aussi m'a énormément plu – de toute façon, partez du principe que tout me plaît dans les romans de Marissa Meyer. Que ce soit son caractère, son humour, sa volonté, ses valeurs... J'ai tout aimé, je vous dis !

Passons aux hommes, maintenant. Vous n'êtes peut-être pas sans ignorer que j'adore le prince – pardon, empereur, mais avouez que "prince" sonne mieux –  Kai. C'est toujours le cas, rassurez-vous, mais sachez qu'il a désormais un sérieux concurrent : Loup ♡ Je pense que Marissa Meyer a créé tous ses personnages dans le but de me plaire. Il n'y a pas d'autre explication. 
Un nouveau personnage fait également son apparition : Thorne. J'espère qu'il sera présent dans les tomes suivants. Je l'aime tellement. Il me fait rire.

Le lien entre Scarlet et Cinder, qui n'est pas évident à trouver, n'est expliqué que très tard dans le livre, mais cette attente ne m'a vraiment pas ennuyée, au contraire ! Je me suis totalement laissé prendre par l'intrigue, enchaînant les pages à un rythme infernal et laissant ma lampe de chevet allumée un peu trop longtemps...
Comme dans le premier tome, on change en permanence de décor, et l'action vient subtilement se mêler à des scènes plus tournées vers les sentiments qui agitent nos protagonistes.

La narration est à la troisième personne, ce qui permet d'avoir plusieurs points de vue. On suit majoritairement Cinder et Scarlet, chacune menant son aventure de son côté (jusqu'à ce que leurs périples se rejoignent !), mais quelques chapitres sont consacrés à Kai, pour mon plus grand bonheur.

Une des choses que je préfère dans cette saga, c'est son originalité. Si elle se base sur des contes de fées connus de tous, la manière dont l'histoire est tournée est unique. L'univers futuriste, l'intrigue complexe, tout vaut le détour ! Quand à tous les éléments de science-fiction, ils ne font que confirmer ce sentiment d'originalité.

Un ultime argument pour vous convaincre de lire cette série : je trouve les couvertures magnifiques. Ainsi que les tranches, dont les titres argentés seront du meilleur effet dans votre bibliothèque. Et j'aime beaucoup la qualité du papier. Et l'odeur de l'objet-livre –  oui, je sens mes livres. Y a-t-il un problème ?

En bref, une suite tout aussi exceptionnelle que le premier tome, des personnages plus qu'adorables, un roman prenant, palpitant et original ! Évidemment, un coup de cœur !


Note attribuée : Comment pourrais-je donner une note autre que 10/10 à cette merveille ?
---------------------------------------------------

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce petit extrait : 

"Au bas de l'écran défilait ce titre : UNE LUNAIRE S'ÉCHAPPE DE LA PRISON DE NÉO-BEIJING. CONSIDÉRÉE COMME EXTRÊMEMENT DANGEREUSE.

— C'est super ! s'exclama Thorne, lui assénant une claque dans le dos qui faillit la faire tomber. Ils n'auront pas le temps de s'occuper de nous s'ils ont une Lunaire en fuite sur les bras.
Cinder se détourna de l'écran, tandis que le sourire de Thorne s'effaçait.
— Attends. C'est toi, la Lunaire ? 
— Et ça se prend pour un génie du crime."


Et juste cette petite phrase que j'idolâtre pour conclure en beauté :

"Je ne compute pas."

vendredi 23 janvier 2015

Animale de Victor Dixen — Chronique n°65



"La parole d'un homme a une grande valeur, lorsque cet homme est parvenu à l'hiver de sa vie et qu'il n'a plus rien à perdre."


Titre : Animale
Auteur : Victor Dixen
Genre : Conte | Aventure
Éditions : Gallimard Jeunesse
Résumé : 1832. Blonde, 17 ans, orpheline, vit depuis toujours dans un couvent, entourée de mystères. Pourquoi les soeurs l'obligent-elles à cacher sa beauté troublante ? Qui sont ses parents et que leur est-il arrivé ? Blonde est différente et rêve de se mettre en quête de vérité : il y a au cœur de son histoire un terrible secret.
Et si le conte le plus innocent dissimulait l'histoire d'amour la plus terrifiante ?

---------------------------------

Animale est un roman qui m'intriguait beaucoup, que ce soit à cause de sa couverture ou à cause de son résumé — j'aime beaucoup les réécritures de conte. Je l'ai donc emprunté à la bibliothèque, et je suis ravie de cette lecture !
Contrairement à beaucoup d'autres lecteurs, je n'ai pas lu le prélude – pour la simple et bonne raison que je n'ai pas de liseuse. Mais bon, je n'ai pas ressenti de manque.

Comme vous l'aurez sûrement compris, Animale s'appuie sur le conte de Boucle d'Or et les Trois Ours : Victor Dixen nous propose une version sombre, palpitante et glauque à souhait de cette histoire. J'adore.

Le découpage de l'histoire est très dynamique : on suit tout d'abord Blonde, mais d'un point de vue omniscient, puis on accède au journal intime de la jeune fille, avant de se centrer sur Gaspard. De plus, on change souvent de décor : à part dans les premiers chapitres, l'action est tout sauf statique, au contraire ! La tension reste à son comble tout au long du roman, il est impossible de s'ennuyer !
Les passages que j'ai préférés sont les récits de Gabrielle de Brances : j'ai énormément apprécié ce personnage, qui n'apparaît pourtant jamais dans l'action en tant que telle !

On se sent vraiment impliqué dans l'histoire (malgré la narration à la troisième personne), en particulier parce qu'on s'attache énormément à Blonde.
Au départ, Blonde reste très énigmatique. J'ai même pensé à un (court) instant qu'elle allait prodigieusement m'agacer. Mais cela n'a pas duré.
On apprend à la connaître et à l'apprécier en avançant dans notre lecture, et à la fin du roman, j'étais vraiment triste de la "laisser". J'ai en particulier aimé son intelligence, sa perspicacité et sa réactivité. Elle n'est pas du genre à se laisser abattre, ou bien à se lamenter en permanence (vous connaissez ce genre de personnage qui passe la totalité du roman à se plaindre de la gravité de son état psychologique ? Moi aussi).
Les personnages secondaires importants sont en fait peu nombreux, la plupart n'apparaissent que le temps de quelques scènes. Ils apportent cependant tous quelque chose de particulier à l'intrigue, et j'ai été touchée par certains d'entre eux.

J'ai cependant eu une grosse déception. Une ellipse temporelle. Mais pas n'importe laquelle. On rate la quasi-intégralité de la romance. C'est affreux. Un des éléments les plus intéressants !
J'ai su me remettre de cette déception intense, et heureusement.

Une des choses que j'ai préférées, en plus du personnage de Blonde, est l'écriture de Victor Dixen, que j'ai trouvée d'une qualité rare. Le vocabulaire employé, adapté à la période historique choisie, est très riche, les images utilisées m'ont bien plu
À propos de la période historique du XIXème siècle, j'étais heureuse de voir le soin tout particulier apporté au contexte, aux repères historiques... Il faut savoir que j'adore les romans historiques.

Un mot sur la fin pour conclure... J'ai aimé le fait que le suspense tienne jusqu'au dernier paragraphe. La fin m'a plu, je pense que c'était la meilleure manière de conclure ce superbe roman – mais je n'en dis pas plus.

En bref, une histoire passionnante, pleine de rebondissements, qui nous tient en haleine jusqu'au bout ! Une très belle découverte !
Note attribuée : 9/10

lundi 19 janvier 2015

Popy la tornade de Stéphanie Richard — Chronique n°64


Titre : Popy la tornade
Auteure : Stéphanie Richard
Genre : Jeunesse
Éditions : Sarbacane (collection Pépix)
Nombre de pages : 200
Résumé : Elle, c'est Popy. Elle a 10 ans, un papa, une maman, un frère, deux soeurs et un tas de belles-mères. Elle a aussi ses copines Lucie, Olympe et Rosa, la bande des "Justicières du Préau".
Mais surtout, Popy a un secret. Elle a... un super-pouvoir. Une puissance du troisième oeil qui lui permet d'obtenir tout ce qu'elle veut (c'est le prof de yoga de sa maman qui lui a appris).
Alors bien sûr, c'est très tentant de s'en servir tout le temps ! Tellement qu'apparemment, quelqu'un s'en est aperçu et a commencé à lui pourrir la vie, caché derrière des lettres anonymes...

-------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Sarbacane et en particulier à Juliette pour cet envoi très sympathique qui m'a fait découvrir la collection Pépix !

Je n'avais entendu que du bien de Popy la tornade, aussi, dès que je l'ai trouvé dans ma boîte aux lettres, je me suis empressée de le commencer, et je l'ai terminé dans la soirée, négligeant mes devoirs – je suis irresponsable, je sais. Tout cela pour vous prévenir : ce roman est hautement addictif, vous aurez du mal à vous détacher des aventures de Popy !

Popy m'a tout de suite plu. Son humour, ses gaffes, ses répliques m'ont beaucoup fait rire, et son attitude me rappelait sans cesse moi-même au même âge !
Les autres personnages, qui sont principalement la famille et les amis de Popy, sont tous très sympathiques, même s'il est vrai qu'on n'a pas vraiment le temps de tous les développer en seulement 200 petites pages. En effet, je n'aurais pas été contre quelques pages de plus : on se laisse vraiment prendre au jeu ! 

Dans les premières pages, on s'interroge sur le pouvoir de Popy, en se demandant si notre héroïne n'a pas simplement tout inventé. Quand il s'avère qu'elle possède vraiment le pouvoir d'inciter les autres à faire ce qu'elle veut, on est encore plus pris dans l'intrigue ! J'ai bien aimé ce petit côté fantastique qui rajoute une touche d'originalité à l'histoire !

Je dois avouer que je ne pensais pas autant apprécier ce roman ! Il est impossible de s'ennuyer en compagnie de cette petite tornade qu'est Popy.
Le récit est entrecoupé de petites récréations qui m'ont bien amusée, et qui me poussaient à lire encore un chapitre, et un autre...

Popy la tornade est un excellent roman jeunesse que j'aurais adoré pouvoir lire quand j'avais huit ou dix ans. Un conseil : offrez-le à votre petit(e) frère/sœur, cousin(e) ou que sais-je, et empruntez-le lui ! 

Une des choses que j'ai le plus appréciées est que le livre n'est pas aussi léger qu'il peut en avoir l'air. Bien que ce soit un roman jeunesse et que le ton reste léger, certains passages sont lourds de sens et poussent à la réflexion... 

En bref, un excellent jeunesse que je n'ai pas pu lâcher, que j'ai déjà offert à ma cousine, et que mon frère s'est empressé de m'emprunter ! L'écriture de l'auteure est très agréable, les illustrations m'ont bien plu... Je ne trouve rien à redire !

Note attribuée : 9/10

samedi 17 janvier 2015

Saturday's Award Book [5]




Bienvenue à mon troisième Saturday's Award Books, le rendez-vous d'Échos de Mots !

Le principe: Chaque semaine, un thème sera donné. Le but est de sélectionner, parmi les livres que l'on a lu, 3 livres selon le thème (les nominés). Puis, parmi ces 3 livres, élire le gagnant (le vainqueur de l'Award en question).

L'Award du Jour :


Livre-Que-Vous-Aimeriez-Oublier-Ne-Serait-Ce-Que-Pour-Avoir-Le-Plaisir-De-Le-Redécouvrir-Tant-Il-Vous-A-Etonné-Et-Avec-Tout-Ce-Que-Vous-Lisez-Il-Faut-Se-Lever-Tôt-Pour-Vous-Surprendre...

Et mes nominés sont...
Max de Sarah Cohen-Scali : Ce livre est tout simplement indescriptible. Si vous ne l'avez pas lu... vous devez le lire. Il est tellement poignant, bouleversant, il vous donne une telle claque émotive...
Salmacis tome 1 — l'Élue : sans doute un de mes livres préférés-au-monde-entier. J'attends un peu avant de pouvoir le relire.
Qui est Mara Dyer ? de Michelle Hodkin : je sais que certains ont été très déçus, mais pour ma part, j'ai eu un énooorme coup de cœur pour ce roman. Vivement la suite (en fait, je pourrais lire les deux autres tomes en anglais, mais comme j'ai le premier tome en français, je ne peux pas avoir la suite en anglais ! Cela rendrait vraiment mal dans ma bibliothèque, enfin !) !

And the winner is...

Max de Sarah Cohen-Scali : vraiment, je le conseille de tout cœur, allez lire le résumé, et foncez ! On ne peut pas ressortir indemne de ce roman...

À bientôt !
— Capucine


mardi 13 janvier 2015

Divided d'Elsie Chapman — Chronique n°63

"— J'ai tellement peur de tout rater.
Et de mourir. Ou de ne pas mourir et de redevenir plus chasseuse qu'autre chose."

Titre : Divided
Auteur : Elsie Chapman
Genre : Dystopie | Thriller
Éditions : Lumen
Nombre de pages : 375
Résumé : West Grayer en a terminé avec sa vie de tueuses à gages. Elle a vaincu son double, sa jumelle génétique élevée dans une autre famille, et prouvé qu’elle avait droit à un futur dans la ville fortifiée de Kersh. Déterminée à oublier cette effroyable épreuve, elle est prête, désormais, à mettre le passé derrière elle. Mais le Conseil, l’instance dirigeante de la cité, ne l’entend pas de cette oreille. Ils cherchent à la convaincre de reprendre du service, de tuer de nouveau. En échange ? Une offre incroyable, presque impossible à refuser...
West va-t-elle accepter de replonger en enfer, quitte à risquer tout qu'elle a, une fois de plus ? Jusqu’où iront les autorités pour préserver leurs secrets ? Et West, pour sauver ceux qu’elle aime ?

-------------------------------------

Avertissement : si vous avez eu la chance d'être pourvu d'une paire d'yeux fonctionnant correctement à votre naissance, vous pouvez constater qu'il s'agit du second tome d'une série. Par conséquent, si vous n'avez pas lu au préalable le tome 1, je vous déconseille vivement de lire cette chronique, autrement, vous risquez fortement de vous spoiler l'intégralité du début de la série. Après, nous vivons en démocratie, donc vous faites absolument tout ce que vous voulez... enfin, tant que ça reste légal.

J'avais beaucoup aimé le premier tome de cette série (dont je ne sais toujours pas s'il s'agit d'un diptyque ou d'une trilogie, excusez mon ignorance !), aussi, j'étais impatiente de lire Divided pour connaître la suite des aventures de West ! Ce second opus est à mes yeux un cran au-dessus de Dualed. J'ai eu l'impression que l'auteure avait vraiment progressé dans sa manière d'écrire, que l'intrigue était encore plus prenante et l'héroïne, bien plus humaine.

L'héroïne, justement. Dans le premier tome, on avait parfois l'impression d'être confronté à un robot, presque sans émotions, tant West semble manipulatrice et calculatrice. Heureusement, dans ce tome-ci, West a changé. Elle est beaucoup plus sensible, et surtout  compréhensible (percevez le soulagement dans ma voix) ! 
Sa relation avec Chord aide encore plus à éprouver de la sympathie à son égard. Elle continue à faire les mauvais choix, mais cette fois-ci, au lieu d'être agacée, j'étais plus compatissante qu'autre chose.

Ce tome-ci est beaucoup plus psychologique que le premier : on est beaucoup plus confronté aux tourments intérieurs de West que dans Dualed, tome avec parfois beaucoup trop d'action à mon goût – comme chacun sait, trop d'action tue l'action. 
Cependant, vers la fin en particulier, il y avait un peu trop d'action pour moi, et je me suis parfois presque ennuyée au cours du "combat final"...

J'ai mis un peu de temps à accrocher dans les toutes premières pages de ma lecture... Mais dès que les principaux enjeux sont exposés, il est impossible de lâcher ce livre ! Le rythme est toujours aussi impeccable : il s'agit d'un thriller ! Les rebondissements sont bien dosés et répartis, forcément plus  nombreux vers la fin du roman, et je dois dire que j'ai été plutôt surprise par la tournure que prenaient les événements ! 

J'aime beaucoup l'univers dystopique de cette série, ce système des Alts, qui me font éprouver un mélange de fascination et d'horreur. J'ai donc été ravie d'en apprendre plus sur ses origines et son fonctionnement lors de ma lecture !

La fin est beaucoup trop ouverte pour moi. J'avais besoin d'un autre chapitre à la fin. Ou alors d'un troisième tome. 

En bref, la digne suite de Dualed, un second tome plus travaillé et que j'ai largement préféré au premier. Un thriller bourré d'action, doublé d'une dystopie passionnante... un mélange qui fonctionne !

Note attribuée : 8/10

dimanche 11 janvier 2015

Big Easy de Ruta Sepetys — Chronique n°62

"Je voulais continuer à croire que c'était possible, que mes ailes, si frêles, si déchirées fussent-elles, pouvaient toujours m'emporter, d'une manière ou d'une autre, loin d'une existence de mensonges et d'hommes dépravés."

Titre : Big Easy
Auteur : Ruta Sepetys
Éditions : Gallimard (collection Scripto)
Nombre de pages : 439
Résumé : Années 50 à La Nouvelle-Orléans. Josie Moraine, dix-sept ans, n'a pas tiré le gros lot. Fille d'une prostituée qui n'a rien d'une mère attentionnée, elle grandit dans une maison close du Quartier français, celui de la mafia, des affaires louches et des gens sans avenir.
Pourtant, Josie a un rêve : quitter cette ville, surnommée The Big Easy et pourtant si peu easy, pour entrer à Smith, prestigieuse université du Massachusetts. Impliquée dans une histoire de meurtre, dépouillée par sa mère et endettée, tout pousse la jeune fille à suivre, elle aussi, la voie de l'argent facile. Mais Jo vaut beaucoup mieux que cela... et ceux qui l'aiment le savent bien.

---------------------------------------------------

J'avais repéré Big Easy depuis pas mal de temps déjà, aussi, lorsque je l'ai vu à la bibliothèque, je n'ai pas hésité, et j'ai bien fait ! Ce livre a frôlé le coup de cœur, pour tout vous dire...

Les années 50 sont une période que j'adore. En fait, il y a beaucoup de périodes historiques que j'adore. Mais passons. Et la Nouvelle-Orléans est une ville qui me fascine. J'avais donc un a priori très positif.

J'ai eu un gigantesque coup de cœur pour le personnage de Josie. Je l'ai adorée du début à la fin, sans jamais être agacée par son comportement – sachez que c'est rare pour moi de ne pas avoir envie de frapper les protagonistes d'un livre à un moment ou à un autre. Je me suis très rapidement sentie proche de cette jeune fille formidable, à qui la vie n'a pas fait de cadeaux. Premier bon point : elle est passionnée par les livres, et elle est d'une très grande intelligence. Deuxième bon point : alors qu'elle est confrontée à des difficultés de plus en plus importante, elle reste fidèle à elle-même, sans jamais suivre le chemin de sa mère, se raccrochant toujours à ses valeurs et aux objectifs qu'elle s'est fixée. Dernier bon point... comment dire ? J'ai véritablement ressenti une complicité avec ce personnage pourtant fictif !
J'achève donc mon envolée lyrique sur le personnage de Josie.

Pour ce qui est des autres personnages, ils m'ont presque tous plu – du moins, les personnages destinés à être sympathiques. Parce que les personnages destinés à être antipathiques m'ont franchement horripilée, ce qui était sans nul doute le but de l'auteure. J'ai adoré Willie, bien plus que je n'aurais pu l'imaginer, tout comme Cokie, qui est on ne peut plus touchant. Par contre, Patrick m'a rapidement agacée... je ne saurais expliquer pourquoi ! 

Dans les quelques critiques de ce roman sur lesquelles j'ai pu tomber avant de commencer ma lecture, on pointait notamment du doigt les longueurs et le manque d'action. Longueurs ? Une grande part du roman étant consacrée aux pensées et aux sentiments qui agitent Josie, je peux accorder que certains passages peuvent éventuellement en ennuyer certains. Personnellement, j'ai lu la première partie de Big Easy par petits bouts, à chaque fois impatiente de connaître le sort de Josie, et j'ai donc évité l'ennui... 
Manque d'action ? Aucunement ! Peut-être que le début est moins mouvementé, mais la suite n'est que péripéties et rebondissements à répétition !
Je comprends que certains aient pu s'ennuyer, mais sachez qu'il n'en a en aucun cas été de même pour moi !

Spoiler – surlignez le blanc si vous tenez à vous gâcher un point qui a son importance dans le dénouement du roman !

Deux points :

Quant il s'avère que Patrick est gay, je me suis – mentalement – frappé le visage avec la main. Enfin, l'intellectuel passionné de lecture homosexuel, c'est affreusement cliché ! D'ailleurs, avec ma perspicacité légendaire, j'ai très rapidement compris que c'était de James que Patrick était amoureux
À la mort de Willie, je suis restée bouche bée pendant deux minutes, avant de pleurer comme une Madeleine pendant tout le passage consacré à son éloge funèbre. Je suis émotive, moi.

Résumé du spoiler : j'ai trouvé un élément affreusement cliché, et un passage m'a touchée au point d'en pleurer. Beaucoup. Mais il faut prendre en compte le fait que je suis très émotive.

Un léger triangle amoureux se dessine progressivement, mais il ne m'a – trop – dérangée. Et de toute façon, l'intrigue sentimentale se termine exactement comme je l'ai souhaité, j'étais donc comblée ! 
Quant à la fin... Elle était sans doute un peu trop ouverte pour moi (j'aurais bien aimé un épilogue pour être fixée sur le sort des protagonistes !), mais je m'en contenterai (de toute façon, je n'ai pas le choix).

J'aimerais insister une dernière fois sur l'intensité des émotions par lesquelles ce roman m'a fait passer. J'ai ressenti l'intrigue, je me croyais presque par instants à la Nouvelle-Orléans ! J'ai adoré découvrir cet univers pas franchement reluisant, et j'ai été totalement convaincue par ce que l'auteure nous propose à travers ce livre ! Je ne peux que vous le recommander, si vous désirez un roman fort, une belle histoire, et savourer un magnifique message sur l'espoir, les rêves, et la façon dont l'on peut sortir de la fatalité. 

Car c'est sans doute ce que j'ai préféré dans Big Easy : le fait que les personnages ne se laissent jamais abattre, alors qu'ils en ont maintes fois l'occasion. L'espoir perce toujours, et Josie mène un combat admirable tout au long de l'intrigue.

En bref, une lecture passionnante et bourrée d'émotions, des personnages plus qu'attachants, beaucoup d'action, le cocktail du roman presque parfait !

Note attribuée : 9/10 : à lire absolument !

In My Mailbox [10] — Spécial Noël !


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren, inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie et repris en français par Lilie du blog La bibliothèque de LilieAujourd'hui le récapitulatif des liens se fait sur le blog Lire ou Mourir.

C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Bonjour à tous !

Ça y est, Noël est passé, et a apporté son lot de livres... Rajoutez cela au fait que mon dernier IMM date un peu, j'ai donc un IMM monstre à vous présenter, d'autant plus que je me suis quelque peu fait plaisir avec les étrennes que j'ai pu recevoir... ☺

Achats pré-Noël
Cabaret tome 1 : Ingénue de Jillian Larkin : un livre que j'ai envie de lire depuis longtemps, qui se déroule pendant une période que j'affectionne particulièrement, et que j'ai dégoté à 3  € 40... J'étais obligée d'acheter !
La distance astronomique entre toi et moi de Jennifer E. Smith : autant être franche, je n'attends pas énormément de cette romance, j'espère juste qu'elle me fera passer un bon moment quand j'aurai besoin d'un peu de légèreté. Et puis, je l'ai trouvé d'occasion à un prix tout à fait intéressant...
Nom de code : Verity d'Elizabeth Wein : comme les deux autres, acheté d'occasion et doté d'un résumé intéressant...

Emprunts (bibliothèque)
Sœurs Sorcières tome 2 de Jessica Spotswood : une suite encore meilleure que le premier tome ! Ma chronique !
Big Easy de Ruta Sepetys : ce roman a frôlé le coup de cœur. J'ai été totalement conquise par Josie et son histoire ! Chronique à venir très prochainement !
Animale de Victor Dixen : ma lecture en cours ! Je n'ai pas encore lu grand-chose, mais le peu que j'ai pu voir me plaît bien !

Livres pour lesquels je peux remercier le Père Noël, et petits achats supplémentaires...


Là où j'irai de Gayle Forman : la digne suite de Si je reste ! Si vous voulez lire ma chronique, c'est par ici !
Entre chiens et loups tome 3 de Malorie Blackman : j'ai eu deux coups de cœur pour les deux premiers tomes, je me dois de continuer la série !
Entre chiens et loups tome 4 de Malorie Blackman : J'ai la forte intuition que j'aimerai le tome 3, alors j'ai également demandé le dernier ! 
Eleanor & Park de Rainbow Rowell : Je le vois partout, et je me sens comme une espèce en voie de disparition, à savoir les "blogueuses-n'ayant-pas-lu-eleanor&park-et-se-sentant-seules-au-monde".
La 5ème Vague de Rick Yancey : depuis le temps que j'ai envie de le lire !
La Mer Infinie de Rick Yancey : comme ça, je pourrai embrayer dessus juste après avoir terminé le premier tome !

La fille qui ne croyait pas aux miracles de Wendy Wunder : je n'ai lu que des avis positifs, j'ai hâte de le commencer !
13 à table ! — Les Restos du Cœur : des nouvelles que j'ai dans l'ensemble bien aimées ! Cliquez ici pour lire mon avis plus détaillé !
Since you've been gone de Morgan Matson : je meurs d'envie de le lire – cela tombe bien, je l'ai reçu à Noël.
The Catcher in the Rye de J. D. Salinger : un classique que je me dois de lire ! 
The Curious Incident of the Dog in the night-time de Mark Haddon : un résumé qui me fait bien envie !



La Véritable Histoire de Noël de Marko Leino : presque un coup de cœur pour ce merveilleux conte de Noël ! Si vous voulez lire ma chronique, cliquez ici !
Les 100 de Kass Morgan : un des livres que je vois le plus sur la blogo ! Comme il est adapté en série TV, il devient urgent que je le lise !

Achats post-Noël...

À la vie, à la mort ! de Celia Bryce : Une petite déception, malheureusement... Pour voir ma chronique, c'est par ici !
Hopeless de Colleen Hoover : un livre que je vois partout et qui me fait très envie !
Toxic de Jus Accardo : le premier tome est dans ma PAL, mais je prends de l'avance... et comment résister aux livres d'occasion ?

Comme vous avez pu le constater, je n'ai vraiment pas été raisonnable... 
Et vous, avez-vous lu ces livres ?
— Capucine