La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

mercredi 28 juin 2017

Timelapse de Nadia Richard - Chronique n°331

Titre : Timelapse
Auteure : Nadia Richard
Editions : Michel Lafon
Genre : Fantastique
Lu en : français
Nombre de pages : 317
Résumé : Le jour des 18 ans de Samantha, le temps s'est arrêté. Piégée 48 heures dans un monde où tous ceux qu'elle aime sont transformés en statues de cire, Sam réalise avec effroi qu'elle est la cause de ce phénomène. La vie reprend son cours, mais Sam, elle, est persuadée de devenir folle. Pourtant son don est on ne peut plus réel. Et convoité.

Alors que M. Delatour, son professeur de physique, s'intéresse subitement à elle, la jeune femme réalise avec stupeur qu'elle est incapable de figer le nouveau de la classe, le mystérieux Matthias. Seraient-ils plus liés qu'elle n'ose l'espérer ?
Mais à trop jouer avec le temps, Sam pourrait bien finir par en manquer... car Delatour semble prêt à tout pour s'approprier son pouvoir, peu importent les conséquences.


----------------------------------------------------------------

C'est toujours une démarche intéressante que de voir un artiste, vidéaste, une personnalité qui a fait ses preuves dans un quelconque domaine culturel, faire ses premières expériences en tant qu'écrivain. Ici, c'est la YouTubeuse Nadia Richard qui tente le pari d'un roman au genre éloigné de ses vidéos habituelles, le fantastique. Défi relevé ? 

On attend surtout l'auteure au tournant en ce qui concerne son écriture, elle est en effet novice en la matière... Et c'est sans doute le point qui déçoit le plus : on sent un véritable soin apporté au choix des mots, certes, mais le texte n'a pas de corps, de saveur propre, de sophistication réelle. Il est trop chargé d'adverbes, de périphrases lourdes comme "la jolie blonde" ou "le beau brun", et se perd dans des méandres explicatifs. Par explicatif, il faut entendre que tout est longuement analysé et donné à voir, rien n'est suggéré, rien ne repose sur une connivence entre écrivain et lecteur pourtant essentielle. On donne une cause et des conséquences directement à chaque acte ou parle, ce qui témoigne d'une volonté de soigner la trame narrative mais rend le tout cruellement morne... Et n'empêche même pas de grosses incohérences, par exemple lorsque le personnage principal convient d'un rendez-vous chez un autre individu et s'en va sans connaître son adresse. 
De plus, à partir d'un certain moment, de courts passages en troisième personne sont insérés, mais sans sentiment de cohérence, plutôt comme un outil pour pallier les défaillances d'une narration incomplète.

Le tout n'a aucun défaut flagrant, le récit est stable, mais c'est justement ce manque de sel, de particularité, qui déçoit. La majeure partie du roman est malheureusement d'une triste banalité, et même l'élément de fantastique qui y est introduit, l'arrêt dans le temps, ne parvient pas à créer un intérêt véritable. Seules les dix dernières pages témoignent d'un dynamisme talentueux, d'idées portées par l'auteure, mais cela ne suffit pas à contrebalancer les 300 pages précédentes de turpitudes amoureuses adolescentes plus que lassantes. C'est donc d'autant plus regrettable qu'on sent qu'il n'aurait fallu qu'un petit grain de folie et de prise de risque pour améliorer drastiquement la qualité du récit. 

On navigue de façon plutôt fluide dans le roman, là n'est pas le problème. Ce qui empêche réellement Timelapse d'être un excellent roman, c'est son caractère "oubliable". L'histoire est trop sage, en cherchant à convenir, en s'encombrant de bonnes intentions, elle en perd toute sa spontanéité et tout ce qui aurait pu en faire un récit nouveau. On ne retrouve pas le ton caractéristique de Nadia Richard et son humour complice, qui aurait pourtant été un indéniable point fort. Dommage ! 

Note attribuée : 4/10 : un livre ni bon, ni mauvais, juste tristement plat, et qui manque d'audace dans son propos. 

4 commentaires:

  1. Cette connivence entre lecteur et écrivain doit être une des choses les plus difficiles à créer je pense, en plus de faire toute la différence entre bon roman et un moins bon (meeeeme si tout est relatif ^^). Je pense que je vois ce que tu veux dire à propos de ce roman et c'est un peu dommage, mais peut-être la suite sera-t-elle meilleure :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha on est bien d'accord, mais c'est tellement merveilleux lorsque tu as l'impression de partager une espèce de "secret complice" avec l'écrivain... J'espère en tout cas !

      Supprimer
  2. Mince, c'est vraiment dommage que ce livre soit plat et du coup pas top parce que le résumé était prometteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, malheureusement le résultat n'était pas au rendez-vous...

      Supprimer